Reply To: Lecture

#73
Eric
Invité

Bonjour Sonia,

pour faire l’école à la maison à nos deux enfants, un peu plus âgés que les vôtres, je ne peux que vous conseiller de simplement observer et suivre vos enfants. Mais attention, ce n’est qu’un conseil personnel, issu de convictions et d’observations sur nos propres enfants qui sont, comme tous les enfants, uniques.

Aliénor, notre grande, a eu ce que certains auraient caractérisé de “problème” avec les chiffres. Ca ne l’intéressait absolument pas. Notre réaction a été de la laisser faire ce qu’elle avait envie de faire. Simplement parce que nous considérons qu’un enfant a besoin et envie de savoir lire, écrire et compter. Il suffit donc de trouver le bon moment.

C’est stressant au début et il faut prendre sur soi, mais pour nous, cela a été très concluant : Aliénor se débrouille désormais très bien dans ce domaine car elle s’y est mise quand elle en avait envie. Pour autant, dire qu’elle aime cela serait exagéré. Elle préfère largement la lecture mais elle aime beaucoup l’histoire, les sciences (telles qu’on peut les proposer à une enfant de 8 ans) et elle progresse donc en calcul car elle y voit un intérêt pour d’autres domaines qu’elle aime.
Mais ce côté “intéressé” est inconscient et, pour évoquer un sujet dont vous parlez, je ne pense pas qu’un enfant s’empêchera d’apprendre à lire car il trouve cela “bien pratique” que papa et maman lisent à sa place. Il cherchera plutôt à faire comme papa et maman et donc à lire par lui-même, sans que cela ne l’empêche d’éprouver du plaisir à solliciter ses parents pour une histoire. C’est selon moi très différent.

Je pense que vos questions reflètent malheureusement des contraintes imposées par notre entourage et l’Education Nationale. Or, la personne qui doit dicter le rythme, selon moi, c’est l’enfant.

L’apprentissage des contraintes, puisque vous l’évoquez, est un autre sujet. Les contraintes, c’est acquérir son autonomie en sachant faire son lit tout seul, apprendre à se comporter correctement avec autrui, etc. Nos enfants ont beaucoup d’occasions d’apprendre que la vie est emplie de contraintes mais qu’elle n’est pas que cela.
Selon nous, il y a déjà assez de contraintes pour vivre en société sans en ajouter pour nous compliquer la tâche. Et décider que c’est au mois de mars plutôt qu’au mois de juin qu’on doit apprendre telle conjugaison, par exemple, c’est selon nous une contrainte inutile.

Pour résumer, notre démarche a toujours été de laisser les enfants tracer leur chemin. Nous, parents, avons décidé de simplement être attentifs pour qu’ils ne se perdent pas. Et nous savions dès le début que si l’un d’eux se reposait sur ses lauriers ou se désintéressait complètement d’un sujet que nous jugeons fondamental, ce serait notre rôle de parents de le remettre, en douceur mais sans flancher, sur le bon chemin.

Aliénor a 8 ans, Cosme en a 6 et demi ; nous n’avons jamais eu à forcer. Il faut parfois savoir attendre sur certains sujets, et anticiper à la demande de l’enfant sur d’autres. Je précise que cela ne s’est pas fait au détriment du niveau car ils sont tous les deux inscrits à un cours par correspondance qui apprécie la qualité de leur travail.

Si vous souhaitez en discuter plus longuement, on peut continuer cet échange.

Et je vous invite aussi à consulter, si vous le désirez, le descriptif de notre démarche, sur notre site :