Reply To: Lecture

#76
Sonia
Invité

Merci Eric pour vos encouragements pour tous,
Votre site est très agréable à parcourir et je peux sans doute regretter pour de nombreux enfants que vous ayez abandonné le métier d’enseignant.
Ce qui m’a plu dans votre message, c’est lorsque vous écrivez qu’il faut faire confiance à l’enfant.
C’est vrai qu’ils voudraient savoir, mais pour se donner la peine d’apprendre c’est une autre histoire. Ils découvrent avec lassitude et grande déception que tout ne marche pas en appuyant sur un bouton. J’en connais pas mal ainsi et ce n’est pas entièrement de leur faute. Notre société…etc
Mes références profondes sont surtout scolaires. J’aimerais faire l’école comme mon instit me l’a faite, dans un petit village perdu du Quercy. Il était totalement inexpérimenté, m’a-t-il confié au jour extraordinaire de nos retrouvailles, et venait d’abandonner des projets ambitieux pour des raisons de santé ! Les modèles suivants seraient moins bons !
J’essaie d’être une mère acceptable même si la référence à mes parents n’a pas toujours mon adhésion ! Il faut faire le tri et tirer profit de leurs erreurs pour aller vers le mieux. Etre parent et enseignant à temps plein est un véritable exploit mais peut faire prendre le risque de saturer nos enfants qui diraient : « Je me suis tapé mes parents comme enseignants quand j’étais gosse ! C’est pour ça que je suis nul ! » Le pire risque est là, ne le perdons pas de vue.
Est-ce que vous apprenez des langues étrangères à vos enfants ? L’éducation nationale est honteusement nulle sur ce sujet. Je pense qu’il faut s’y atteler avec des cassettes, des livres, apprendre une langue au besoin avec ses enfants ; puis faire des échanges avec l’étranger et courir le monde avec eux si c’est possible. (Pas au club Med !)
Aussi, je pense que le travail à la maison doit être très structuré dans un contrat serré avec l’enfant, y incluant bien sûr des temps libres, des temps d’activité physique, artistique et des moments chez leurs grands-parents, leurs cousins et cousines, leurs taties et tontons et leurs copains.
J’ai beaucoup réfléchi aux problèmes d’éducation, et rencontré beaucoup d’enfants et de parents dans mes activités professionnelles. J’ai été enseignante spécialisée puis ré éducatrice donc j’ai toujours eu devant moi un petit groupe d’enfants et souvent un seul. J’ai travaillé à mes débuts en institution avec des enfants ayant des handicaps sensoriels et moteurs. Mais je ne suis pas actuellement dans la situation d’école à la maison. Je peux dire que je ne n’ai pas de grandes certitudes sur l’éducation, pas plus que vous et Rémy en tout cas et que d’autres courageux qui se sont « jetés à l’eau ».