Reply To: comparaisons entre enfants.

#162
Pauline
Invité

Bonsoir Eric,

En fait il n’y a pas d’opposition entre votre commentaire et le mien. Je ne parle pas de retard ni de précocité, et d’ailleurs pas non plus de comparaison dans le domaine scolaire ni en termes de résultat. Mes enfants sont élevés à la maison sans aucun curriculum scolaire et antérieurement ont fréquenté une école où l’enseignement était 100% individualisé et où les notes n’existaient pas. Donc ils n’ont jamais subi de traumatisme à ce niveau, et personne n’a forcé de comparaisons entre eux. Seulement ma fille aînée n’est pas sotte et lorsque nous expliquons quelque chose à table, lorsqu’elle commente un livre avec son frère, lorsqu’ils apprennent quelque chose en même temps dans un cadre ou un autre, force lui est de constater que l’esprit du cadet a fonctionné plus vite, qu’il comprend plus de choses qu’elles, qu’il se souvient de tout ce qu’il a vu ou lu et sait l’utiliser. Donc elle-même se sentait mise en difficulté alors que personne ne lui a jamais renvoyé une image négative d’elle-même! Comment voulez-vous éviter cela s’il s’agit d’à peu près tous les domaines? (y compris sportifs t artistiques en tous genres). Lorsque j’ai vu qu’elle se dévalorisait de plus en plus malgré une petite tête bien faite et des foules de qualités personnelles qui ont toujours été mises à l’honneur, je lui ai tout simplement dit la vérité, à savoir qu’elle était normale et talentueuse, et que c’était son frère qui d’une certaine manière n’était pas normal. Et elle a tout de suite retrouvé de l’assurance. Je crois en la simplicité de la vérité. Evidemment, si il n’y avait pas eu ce problème d’amour-propre chez notre aînée, nous n’aurions pas eu besoin d’aborder le sujet. La vérité, mais seulement la vérité utile. Me comprenez-vous mieux?