Répondre à : Cherche à nouer des liens avec familles d’enfants descolarisés

Bienvenue ! Forums Forum (accès libre, sans inscription) Vos amies sont ici, vos amis aussi Cherche à nouer des liens avec familles d’enfants descolarisés Répondre à : Cherche à nouer des liens avec familles d’enfants descolarisés

#5342
PROY – O’LIRY
Invité

Je vous rassure Cécile – et vous remercie – il n’est pas du tout question de suivre l’avis des médecins qui souhaitent placer les enfants sous camisole chimique.

Le grand père de ma fille aujourd’hui décédé était psychiatre lui même aux USA. Elle a donc bénéficié de l’imagerie médicale pour DETERMINER si il y avait ou pas un problème. J’ajoute que tant que son papy a été en vie, il ne lui a JAMAIS parlé de “son problème” et qu’il avait coutume de se présenter aux enfants comme un drôle de médecin que l’on voyait quand on n’était “pas malade”. Eh oui il y a des pays où cette approche est pratiquée (si). Il avait même déconseillé le recours au psychomotricien EN RAISON uniquement de l’effet néfaste pour Gaëtane de fréquenter un “spécialiste pour un problème”. C’est tout dire.

Gaëtane a bénéficié d’un programme comportemental qui a pleinement réussi (aujourd’hui une personne qui ne la connaît pas ne peut pas déceler quoi que ce soit). Elle a été médicamentée, TRES parcimonieusement ET sur des périodes courtes ceci uniquement pour lui permettre de reproduire d’elle-même ce que la molécule lui permettait de vivre. Elle n’a jamais pris de neuroleptique, ni de ritaline. Il s’agissait d’un produit qui n’agissait ni sur l’humeur, ni sur la tonicité. Ce médicament qui n’est ni un anxiolitique, ni une amphétamine et encore moins un neuroleptique n’est pas disponible en France (ce que l’on peut regretter). Au moins il ne serait pas “sur” prescrit celui là car, sur un sujet ne souffrant pas du déséquilibre chimique en question le produit n’a simplement aucun effet.

Mais ma fille se trouve dans l’extrême bord du spectre, le TRES petit nombre qui en effet ne “fonctionnent’ pas comme les autres. Ce que vous dites est tout à fait vrai, on est pas “victime de troubles autistiques” toute sa vie (ou alors, c’est qu’on a RIEN fait de valable pour aider l’enfant. Ma fille a haussé les épaules (c’était très drôle) devant le Grand Médecin en Chef et lui a répondu “s’il y a un autiste ici, monsieur, c’est vous !” Et le médecin de se débattre en expliquant platement qu’il s’agissait de “troubles” de “tendances” autistiques. Je me suis tournée vers elle et j’ai demandé “Gaëtane ce Monsieur te CONVIENT-il ou non ?” Elle a répondu “non”, d’une voix ferme et polie. J’ai dit “moi non plus” tendu une main ferme à celle moite du toubib et les choses en sont restées là.

Résultat, hé bien, elle continue avec le suivi aux USA tous les trois mois, avec un ami de son papy et ignore de façon glorieuse et définitive qu’elle est en quoi que ce soit différente. La psychomotricienne c’est MOI (je me suis fait expliquer les techniques aux USA). Pour la psychologue, je ne suis pas contre, mais pas dans le contexte français et “médicalisé” où alors qu’elle ne se tourmente pas de la mort de son papa (général Américain tué en service) )on lui parle directement de “ses” origines par exemple. Pour ma part je préfère laisser les choses venir. “Tu as un papa, tout le monde en a un. Il n’est pas avec nous parce qu’il croyait fort en ce qu’il faisait (opérations anti terroristes) et qu’il voulait nous protéger. Il aurait tellement aimé te connaître”. Pour le moment je ne vois pas BIEN pourquoi je lui dirais qu’il a été victime d’un tir dit “ami” (en pratique dans ce cas, cela signifie qu’un soldat allié un Anglais, l’a pris pour cible accidentellement).

Au reste, je tiens à préciser aux parents qui sont intimidés par ce genre de médecin que certes, le Docteur connaît les maladies mais que VOUS vous connaissez votre enfant. Personne ne devrait avoir le DROIT moral de manipuler les enfants pour les placer dans des situations dévalorisantes, humiliantes voire effrayantes. Cécile dit VRAI. Ne vous laissez pas faire (même si c’est difficile). Insistez AVANT tout traitement même non chimique pour obtenir une imagerie médicale. Le plus souvent elle lève les doutes je vous assure. Si, comme pour ma fille, quelque chose est détecté, ne paniquez PAS. Dans mon cas, il serait possible d’avoir accès à la molécule dont je parle aux portes de la France, en Belgique, en Espagne auprès de médecin qui ont une aproche non “psychiatrisante” de l’enfant. Souvenez vous, il n’y a pas si longtemps les épileptiques voyaient des psychiatres qui n’y pouvaient mais, puisque cette maladie est en quelque sorte une sorte de “décharge électriquer” dans le cerveau. Cette maladie, comme certaines formes de TOCS eh oui se traite parfois par l’apport d’un faible courrant dans certaines parties du cerveau. Ces gens ne SONT pas des déséquilibrés du bulbe, que diable ! Alors dites NON à l’adrutissement, à la stigmatisation, à la dévalorisation de votre enfant. Au reste, en France, demandez vous qu’elle image vous avez VOUS de la psychiatrie d’il y a 40 ans. Si la réponse est “mauvaise” sachez qu’elle n’a pas bougé d’un poil de moustache dans 90% des cas. Merci de m’avoir lue.

Amicalement