recherche de témoignages de déscolarisation de collégiens

Bienvenue ! Forums Forum (accès libre, sans inscription) La salle de détente recherche de témoignages de déscolarisation de collégiens

Ce sujet a 6 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  SOli, il y a 1 an et 3 mois.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #5800 Répondre

    stef5933

    Bonjour,
    Je suis en pleine réflexion sur la déscolarisation de mes deux enfants (actuellement 6eme et CE1) non pour des problèmes de résultats scolaires qui n’ont jamais posé problème…mais pour un meilleur respect de leurs rythmes, de leurs centres d’intérêts, d’eux-mêmes, d’un sens donné aux apprentissages et plus juste j’apprends pour l’interro, je sature de ce type de fonctionnement.(je précise que je suis prof des écoles en disponibilité…)
    Mes enfants n’ont jamais aimé l’école mais ils rentrent assez bien dans « le moule » demandé… par contre ils me réclament de faire l’école à la maison depuis plusieurs années (une amie le fait). En gros l’école c’est juste pour jouer avec les copains/copines.
    Je suis vraiment très confiante en eux (et en moi d’ailleurs!) mais gros problème : mon mari a de grosses craintes concernant le comportement des enfants (manque d’obéissance, attraits pour les écrans… ce qui est déjà aujourd’hui le cas…) il souhaite que les enfants fasse la preuve , par un comportement adapté, de leur capacité à travailler à la maison…ce qui ne me semble pas possible AVANT de faire l’école à la maison….j’ai l’impression d’être dans une impasse…
    craintes également sur le plan financier…j’aimerais me trouver une activité compatible avec l’IEF…
    Il me dit qu’en cas d’échec la situation (de re-scolarisation) pour les enfants sera terrible à vivre et qu’il préfère ne pas tenter….

    Je ne pourrai pas me lancer dans ce magnifique projet sans son soutien minimum… Je suis donc à la recherche de témoignages concernant des enfants collégiens déscolarisés (car les peurs de mon mari sont surtout pour le grand) ayant réussis à l maison, avec un comportement adapté, du travail, pas d’excès d’écran…

    J’ai moi même des craintes :
    trouver du temps pour moi
    gérer les conflits entre les deux enfants (aujourd’hui nombreux)
    trouver du temps pour chacun d’eux
    avoir de l’énergie au quotidien pour les apprentissages mais aussi pour tout le reste (maison, repas, sorties, rencontres avec d’autres enfants etc…)

    en résumé j’ai besoin d’aide;-)!
    au plaisir de vous lire rapidement
    Stef

    #5815 Répondre

    Cecileprésente
    Admin bbPress

    « mon mari a de grosses craintes concernant le comportement des enfants (manque d’obéissance, attraits pour les écrans… ce qui est déjà aujourd’hui le cas…) il souhaite que les enfants fasse la preuve , par un comportement adapté, de leur capacité à travailler à la maison…ce qui ne me semble pas possible AVANT de faire l’école à la maison….j’ai l’impression d’être dans une impasse… »
    C’est vous qui avez raison: ils ne feront pas leur preuve sans pratiquer. Aucun adulte non plus. Il est absurde d’attendre de quelqu’un qu’il maîtrise avant d’avoir pratiqué. Règle universelle.
    Les enfants reflètent toujours ce qu’on leur donne. Là est le secret. Si vous êtes formée, ils reflèteront votre art de bien faire les choses et, comme pour des milliers de parents, cela se passera très bien. Si vous ne vous formez pas, vous risquez l’énervement, la fatigue, et ils le démultiplieront; c’est ce qui se passe dans presque toutes les salles de classe de France. L’absence de formation et de maîtrise est le problème; et là-dedans vous avez la pédagogie, l’autorité et les bonnes méthodes.
    « craintes également sur le plan financier…j’aimerais me trouver une activité compatible avec l’IEF… » C’est ce qu’il faut faire. Nous en parlons sur le site.
    Il y a plusieurs choses intéressantes.
    Pour les autres points, nous les abordons largement dans la formation mais il est temps de laisser à d’autres parents le soin de vous laisser leur sentiment. Amitié.

    #5872 Répondre

    Ahelya

    Bonjour Steph5933,

    Ouh la, papa a peur…

    Nous avons déscolarisé nos deux garçons respectivement âgés de 12 et 14 ans à la rentrée 2015/2016.
    Non pas à cause de leurs résultats (le second est excellent, l’aîné a perdu pied), mais des méthodes, du cadre, et surtout en raison de l’impact négatif sur leur personnalité, leur mental. Ils s’éteignaient sous nos yeux.
    Ils avaient atteint un stade de démotivation inquiétant. L’un rentrait en rage ou parfois en larmes de ne rien apprendre, de perdre son temps et en pleine phase de « c’est nul ». Il ressentait très péniblement le nivellement par le bas.
    L’autre après une mauvaise expérience avec un professeur avait laissé tomber et s’enfermait de plus en plus dans un comportement rebelle, agressif envers tous, et forcément les résultats ont chuté.
    Les bêtises n’ont pas tardé à poindre et ma patience à atteindre ses limites.

    Après dix années de réticence, mon mari a compris que l’école actuelle n’apporterait jamais de solution.

    Je ne vous cacherais pas que la transition a été plus ou moins difficile pendant un trimestre. Normal quand on change du tout au tout me direz-vous.
    Mais pas de problèmes d’obéissance insurmontables. IEF ou pas, c’est un point récurrent chez les parents, notamment les mamans.

    Leur capacité à travailler se développe progressivement, leurs centres d’intérêts, leur nouvelle liberté aidant.
    En fait, ils font tout simplement avec ce que nous leur donnons, nous adultes.
    Sommes-nous remplis de craintes, de doutes, de questions, de tensions?
    Alors soyez certaine qu’ils se calibreront sur ces aspects négatifs.
    Du coup, j’ai lâché du leste, changé deux ou trois détails minimes, et là magie!
    Ils sourient, revivent, s’intéressent, cherchent, posent des questions, étudient ensemble, se motivent réciproquement, font travailler leur petite sœur, prennent de l’assurance, veulent faire des activités, rencontrer du monde et voyager!!!
    Oui, oui, pourtant casaniers de chez casaniers mes deux petits hommes.
    Fini la violence, adieu les larmes. Vive le karaté et les lever sans stress!
    Qui vient de passer quelques soirées à s’éclater à traduire des textes en slovaque?
    C’est nous!

    Evidemment ce n’est pas facile tous les jours, ni la vie version Disney où les oiseaux chantent en faisant la vaisselle…Non, non.
    Même pour nous adultes il y a les jours « avec » et les jours « sans », donc je prends comme cela se présente, j’arrête de stresser et de me projeter dans l’angoisse de demain.

    Il nous a fallu du temps pour remonter la pente des carences accumulées à l’école et panser les plaies, avancer malgré les dégoûts.
    Donc du retard au niveau du cours par correspondance, mais peu importe, ils revivent et nous avec eux.

    Faire ses preuves? Comment cela serait-il possible s’ils ne s’y mettent pas franchement, ne découvrent pas leur rythme, leurs appétences?
    Cela demande également de la remise en question de la part de chacun pour mener à bien ce projet de vie qui va bien au-delà de l’instruction pure et dure.

    On ne peut exiger d’eux ce que nous ne saurions faire à nos âges.

    Les disputes? Hummmm, joker!
    Ils sont quatre, avec leur sœur de bientôt dix ans et le petit dernier de trois ans.
    Là aussi, je les trouve plus calmes, même s’ils se cherchent les uns les autres, en cas de véritable difficulté, ils font front commun à la vie à la mort.

    Les écrans? Nous gérons. Les enfants n’y ont droit qu’à des moment précis dans la semaine, l’unique portable du grand est rangé le soir.

    Le temps libre. J’en ai plus qu’avant à vrai dire.
    Plus de courses à l’école, ni de « vite c’est l’heure de ceci, de cela. »
    Je prends du temps pour moi, et moi seule, pour ce que j’aime.
    Question finances, le site regorge d’infos à ce sujet, je vous conseille vivement d’y jeter un œil.
    En tout cas, la formation de Cécile et Rémy nous a évité de nombreux écueils sur le chemin de l’école à la maison, de grandes angoisses et quelques erreurs.
    Sans parler du capital confiance engrangé et de leur écoute discrète.

    Tout se gère, à condition de vraiment laisser la peur de côté et de mettre la main à la pâte pour lui donner la saveur, la forme que nous désirons.

    Bonne réflexion 😉

    #5878 Répondre

    Mine

    Bonjour Stef !
    J’ai 14 ans, je fais l’école à la maison depuis mes 7 ans, et ne craignez rien à l’idée de déscolariser vos enfants ! Votre mari pense peut-être que quand on est « dans le moule », on ne risque rien…mais pensez à vos enfants qui seront beaucoup mieux à travailler sans stress, sans jugements ect.
    Quand à ce qui concerne les écrans, il suffit d’être discipliné par soi-même ! c’est ce qu’on apprend quand on travaille seul(e) ou presque. Comme ils sont encore assez jeunes, ils seront peut-être tentés au début de faire plus de pause que la normale, mais pas de panique ! Le conseil que j’aimerais vous donner est vraiment de leur faire confiance au sujet des apprentissages, car le travail devient un plaisir et non quelque chose d’obligatoire quand on fait l’ief.
    enfin bref, en tout cas j’espère que votre mari sera vite séduit par l’école à la maison 😉 bon courage et ne perdez pas espoir !
    Mine

    #6167 Répondre

    ely

    Bonjour,

    j’ai un fils de 11 ans qui va rentrer en septembre au collège en 6ème, c’est un bon élève avec de bonnes notes , sage, ….mais mon inquiétude c’est que je ne suis pas d’accord avec les rythmes scolaires et la façon d’enseigner. les obligations, le moule, et je suis une maman qui n’aime pas rentrer dans le moule.
    de plus je suis inquiète sur les violences à l’école. enfin, pour pleins de raisons j’aimerais faire l’école à la maison.

    toutefois, j’ai plusieurs craintes. je sais que je peux etre capable de l’accompagner avec des supports de cours par correspondance. certes il y aura des matières plus difficiles mais avec internet et des livres cela peut être faisable. l’accompagne de cécile et rémy seront une aide supplémentaire.
    mais mon soucis, c’est que je travaille, j’adore mon métier et je ne me sens pas de laisser mon travail, toutefois j’ai une certaine souplesse car je suis auto entrepreneur en tant que sophrologue. mais j’ai besoin de gagner ma vie comme tout le monde. les idées proposées dans ce site ne m’enchante guère.
    donc au vu de vos expériences, quel temps dois je consacrée à mon fils? je vois partout environ 2h par jour mais j’ai l’impression que cela fait juste pour apprendre toutes les matières obligatoires.

    et ensuite, on voit qu’il faut inscrire l’enfant à des activités extérieures mais financièrement pour ma part ce n’est pas possible . une activité sportive oui mais pas plusieurs;

    je souhaiterais avoir des témoignages ….merci de vos réponses et de votre aide.

    #6175 Répondre

    anne-sophie Huens

    Bonjour,
    Mon fils fait l’école à la maison depuis le CE2. IL rentre en 6ème cette année.
    Il suit les cours avec le CNED et nous respectons totalement le programme imposé par l’Education Nationale. Cela n’empêche pas d’apprendre dans la joie et la bonne humeur.. .
    Notre fils est un très bon élève mais qui ne sait malheureusement pas se défendre. . comme il faut aujourd’hui savoir se battre pour être en paix à l’école nous avons choisi de faire l’école à la maison et nous ne regrettons pas notre choix! Il faut être présent, consacrer son temps à cela car ce n’est pas une mince affaire tout de même que de prendre en charge l’ensemble des matières. . .
    Notre fils fait 2 à 3 activités à l’extérieur et cela aussi demande du temps.
    Nous serions heureux de pouvoir partager des ateliers, des cours avec d’autres enfants alors contactez-nous: sophiehuens31@live.fr
    Sophie

    #6312 Répondre

    SOli

    Bonjour Sophie,

    Je me présente, Stephanie, Je viens de retirer mes deux adolescents de 14 et 12 ans. Seul mon fils de 12 ans rencontré des difficultés au collège car dyslexique reconnu depuis le CE2 il a perdu énormément confiance en lui. De plus son dossier scolaire n’avait pas été transmis au collège qui ignorait son problème et qui ne l’a appris que lorsqu’ils m’ont convoqués afin de se plaindre de ses lacunes. Naturellement tout cela a fait perdre énormément de temps et de confiance à mon fils qui n’a eu de réaction que de ce braquer contre l’école.
    Ayant découvert le site de Remy et Cécile que depuis 3 semaines j’ai déjà tout mis en place afin de lui faire faire l’école à la maison, il suivra les cours avec le collège du sacré cœur, qui reste tout de même très abordable. Son frère âgé de 14 et actuellement en 4 ième a tenu à suivre ses cours à la maison et cela me rassure car je pense qu’Evan se sentira moins seul. J’espère sincèrement être à la hauteur mais ayant Rémy et Cécile à mes côtés je me sens soulagée.
    Qu’entendez vous par « partager des cours et des ateliers » ? Savez-vous que sur le site de l’école à la maison nos enfants ont la possibilité d’avoir des correspondants dans le monde entier ?
    Je vous communique également mes coordonnées : stephaniegs38@yahoo.fr

    Je vous souhaite une bonne soirée et vous dis peut-être à bientôt

    Stephanie

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
Répondre à : recherche de témoignages de déscolarisation de collégiens

You can use BBCodes to format your content.
Your account can't use Advanced BBCodes, they will be stripped before saving.

Vos informations:




Comments are closed.